News: News

Les Seychelles à la Conférence internationale sur le Changement climatique de Guadeloupe

Les Seychelles à la Conférence internationale sur le Changement climatique de Guadeloupe

30.10.2014

L’Ambassadeur Bernard Shamlaye a représenté les Seychelles à la Conférence internationale sur la biodiversité et le changement climatique qui s’est tenue à la Guadeloupe du 22 au 25 octobre dernier.

Co-organisée par le Secrétariat de la Convention sur la Biodiversité biologique (CDB), la Commission européenne, le Gouvernement français, la Région Guadeloupe, le Gouvernement des Iles Vierges Britanniques et l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), cette conférence  fait suite à celle tenue à La Réunion en 2008.   Elle s’est donné comme objectif de mieux intégrer les problématiques environnementales et l’importance du patrimoine naturel de l’Europe d’outremer (Régions Ultra-périphériques , RUP  et  Pays et Territoires d’Outre Mer, PTOM) et de leurs régions géographiques respectives, afin de positionner l’Union européenne et ses Etats membres en tant qu’acteurs clés des Conventions sur la Biodiversité et le Changement Climatique.

A noter qu’un message vidéo du Président du Comité directeur du GLISPA, l’Ambassadeur Ronny Jumeau, a été diffusé lors de la première session de travail de la conférence.

Au terme des délibérations, la conférence a adopté une nouvelle feuille de route  – Le Message de la Guadeloupe. Elle définit les priorités d’action pour les six prochaines années.   Ces priorités d’action se déclinent en cinq thèmes principaux : amélioration de la résilience ; stopper la perte de la biodiversité ; favoriser l’économie verte et bleue ; améliorer la connaissance ; et mobiliser de nouvelles sources de financement.   Des actions transversales complètent le ‘Message de la Guadeloupe’, parmi lesquelles le renforcement de la coopération régionale dans les régions géographiques respectives des RUP et des PTOM par le biais de moyens financiers, politiques et techniques pour permettre des mesures communes efficaces concernant  la biodiversité et le changement climatique.

Lors de la session politique, l’Ambassadeur Shamlaye a fait état des initiatives seychelloises telles que les négociations pour un échange de la dette nationale qui permettrait la création d’une aire marine protégée importante comme mesure d’adaptation au changement climatique et la conservation de la biodiversité ; la promotion de l’économie bleue comme outil  de développement durable pour les Petits états insulaires et les Etats côtiers ;  et l’éducation comme moyen de sensibiliser les enfants, les jeunes et adultes aux enjeux du développement durable et de transformer les mentalités pour des pratiques plus saines.

L’Ambassadeur Shamlaye a aussi plaidé en faveur de partenariats gagnants-gagnants et pour la mise en œuvre du Plan d’action de la conférence sur les Petits états insulaires en développement (PEID)   de Samoa.  Il a souligné le désir profond des Seychelles de voir la prochaine conférence de Paris en 2015 déboucher sur des résultats concrets dans la lutte contre le changement climatique.

Dans la même lancée il a attiré l’attention des participants sur le travail du GLISPA (Global Island Partnership) dont le Président des Seychelles, le Président de Palau et le Premier Ministre de la Grenade assurent la direction et du Défi Côtier de l’Océan Indien Occidental, lancé par le Président Michel et d’autres dirigeants de la région, en septembre dernier.

D’autres intervenants ont aussi parlé du GLISPA comme un modèle souple et efficace qui permet des  partenariats bénéfiques pour les îles sans égard à leur taille ou statut politique.

Plusieurs personnalités, dont des ministres et des responsables d’organismes internationaux, étaient présentes à cette conférence de Guadeloupe qui vient de faire un pas en avant dans la recherche de solutions efficaces et la conscientisation aux défis environnementaux auxquels les Petits états insulaires, les Régions ultra-Périphériques et autres, sont confrontés.

» All news