News: News

Les Seychelles à la Conférence Ministérielle de la Francophonie à Paris

13.11.2013

A l’occasion de la 29ème session de la Conférence ministérielle de la Francophonie (CMF), les ministres des 57 Etats et gouvernements membres de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et des 20 pays observateurs se sont réunis à Paris les 7 au 8 novembre 2013, sous la présidence de S.E.M. Raymond Tshibanda N’Tunga Mulongo, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération internationale et de la Francophonie de la République démocratique du Congo.

Les Seychelles étaient représentées par Mme MacSuzy Mondon, Ministre de l’Education.

Lors de son intervention, le Ministre Mondon a réitéré l’attachement des Seychelles aux valeurs de la francophonie et a mis l’emphase sur l’engagement du pays envers la mise en œuvre du Pacte Linguistique, signé en 2010 au Sommet de Montreux, afin de promouvoir l’utilisation de la langue française aux Seychelles.

« Vous comprenez ainsi pourquoi les Seychelles sont si attachées à la Francophonie qui demeure pour nous une aire de différences, par rapport à l’uniformisation. Un attachement que nous ne cessons de valoriser et que nous avons scellé en signant trois ans passés le Pacte Linguistique, pour entretenir une dynamique favorable au français dans le système éducatif, l’administration, la vie publique et contribuer à un trilinguisme effectif », a-t-elle déclaré.

En ce qui concerne les questions politiques, la CMF s’est félicitée des actions menées par la Francophonie pour promouvoir la démocratie, la consolidation de la paix et les droits de l’Homme dans l’espace francophone.

Elle a ainsi levé les mesures de suspension des instances de la Francophonie décidées en mars 2012 à l’encontre du Mali à la suite du coup d’Etat qui a été perpétré dans ce pays.

La CMF a également salué la tenue du premier tour de l’élection présidentielle à Madagascar, le 25 octobre 2013, et a encouragé les protagonistes à maintenir un climat apaisé. Elle a exprimé sa vive préoccupation face à la situation humanitaire et sécuritaire en République Centrafricaine et a réitéré son appui à la Guinée-Bissau pour le processus de sortie de crise.

Concernant Madagascar, le Ministre Mondon a rendu un hommage appuyé à toutes les institutions comme la Francophonie, la COI et la SADC pour leurs actions solidaires visant à aider notre ile sœur à s’affranchir totalement de la crise qu’elle traverse afin de continuer sa marche vers le développement dans la démocratie, la paix et la stabilité.

La ministre seychelloise a souligné l’importance des élections libres et transparentes dans le processus de consolidation de la démocratie et a estimé que  « la tenue régulière d’élections libres et transparentes est non seulement un baromètre de la vitalité d’une démocratie, mais elle permet aussi, au pays de se doter d’institutions stables qui constituent le premier socle du développement. »

« Il n’y a pas de paix et sécurité encore moins de développement sans bonne gouvernance et la promotion de l’Etat de droit », a-t-elle ajouté.

La Conférence ministérielle de la Francophonie a salué le travail réalisé par l’OIF au titre de la coopération et de la gestion administrative et financière au cours de l’année 2012. Elle a pris acte des ajustements apportés à la programmation et au budget de l’Organisation.

La CMF s’est aussi penché sur les préparatifs du 15ème Sommet de la Francophonie prévu au Sénégal en novembre 2014 sous le thème « femmes et jeunes, vecteurs de paix et de développement ».

Les travaux de la CMF ont été clôturés avec la passation de la présidence au Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur, S.E.Monsieur Mankeur Ndiaye.

» All news