News: News

MESSAGE DU PRESIDENT JAMES ALIX MICHEL À L’OCCASION DU 20 MARS, LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE

MESSAGE DU PRESIDENT JAMES ALIX MICHEL À L’OCCASION DU 20 MARS, LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE

19.03.2013

Ce mercredi 20 mars 2013, se déroulera la Journée internationale de la Francophonie sur tous les continents. Cette journée offre à nous Seychellois, aux 200 millions de locuteurs recensés dans le monde, ainsi qu’aux 870 millions de personnes vivant dans les 79 Etats et Gouvernements de l’Organisation Internationale de la Francophonie dont nous sommes membre, l’occasion de fêter la langue française en lui manifestant notre  attachement et en célébrant sa richesse et sa diversité.

Je sais que pour l’occasion le Ministère du Tourisme et de la Culture, en étroite collaboration avec la Commission Nationale de la Francophonie, a concocté une série d’activités afin de réaffirmer et prolonger la parenté linguistique qui nous lie au reste du monde francophone. Convaincu que le français n’est pas la langue de l’autre, mais c’est avant tout notre langue, la première qui a été parlée dans ces iles que l’on appelle aujourd’hui les Seychelles et dont nous sommes les fiers héritiers et architectes.

Le 20 Mars est donc une journée particulièrement importante pour nous Seychellois, d’autant qu’elle est le reflet d’une histoire et de liens qui nous unissent au reste du monde.

Ce qui nous réunit chaque fois au cours de cette Journée Internationale de la Francophonie, c’est en fait notre attachement historique, notre passion commune pour le français et aussi notre envie de la faire partager, de la développer et de l’enraciner.

C’est dans cette optique que j’ai signé en octobre 2010 avec le Secrétaire General de l’Organisation Internationale de la Francophonie le Pacte Linguistique, afin de valoriser et promouvoir la langue française dans toutes les sphères de la vie sociale seychelloise et dynamiser notre trilinguisme. Car la valorisation de chacune de nos langues est à la fois un impératif culturel et linguistique et une nécessité pour notre développement.

Depuis des siècles, la géographie et l’histoire ont en effet offert à notre pays le privilège de vivre un trilinguisme dynamique : avec comme langues le créole, l’anglais et le français. Ce trilinguisme loin d’être une faiblesse est une richesse. Mieux, ce trilinguisme fait aujourd’hui des Seychelles un éloge à la diversité défendue par la Francophonie.

Je suis heureux de constater que le thème choisi cette année par la Francophonie, à savoir, Le français est une chance -  participe parfaitement à notre vision du trilinguisme. Car nous avons toujours considéré que chaque langue est unique dans sa façon de comprendre, d’interpréter et de cerner les réalités des peuples et du monde. Et dans ce monde de plus en plus interconnecté, où les peuples et les traditions différents tendent à se rapprocher par des contacts plus fréquents que jamais, la maitrise de plusieurs langues devient une passerelle incontournable. C’est dire que le français qui est une de nos langues nationales est une chance pour notre peuple.

C’est pour cette raison que la célébration du 20 Mars, indépendamment du thème choisi, s’imprimera toujours le double volet de la parenté linguistique  et culturelle et la reconnaissance des valeurs qui sont rattachées à la Francophonie que sont la solidarité, le respect des droits de l’Homme, la diversité culturelle et la démocratie.

C’est fort de cette conviction que je souhaite que notre fête de la Francophonie  soit encore plus belle et encore plus populaire à laquelle tous les Seychellois se reconnaitront sans distinction.

 

» All news