News: Speeches

DISCOURS DE MONSIEUR JOEL MORGAN, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DES TRANSPORTS DE LA REPUBLIQUE DES SEYCHELLES, A L’OUVERTURE DE LA 30èmeSESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DE LA COMMISSION DE L’OCEAN INDIEN A L’HOTEL CARLTON, LE 20 MAI 2015

20.05.2015

S.E. Mme Béatrice Atallah, Ministre des Affaires étrangères de la République de Madagascar, et Présidente en exercice de la COI,

S.E. M. Nourdine Bourhane, Vice-président et Ministre par intérim des Relations extérieures et de la Coopération en charge de la Diaspora, de la Francophonie et du Monde arabe de l’Union des Comores,

S.E. M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangère et du Développement International de la République française,

S.E. M. Etienne Sinatambou, Ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration régionale et du Commerce international de la République de Maurice,

S.E. M. Jean-Claude de l’Estrac, Secrétaire général de la Commission de l’océan Indien,

Mesdames et Messieurs,

 

C'est pour moi un immense plaisir de prendre la parole devant  vous, dans ce magnifique cadre de ce beau pays qu’est Madagascar, où bat aujourd’hui le cœur de notre organisation commune.

Est-il utile de dire que c’est une participation que j’entame  dans un esprit de continuité de la volonté toujours affichée par les Seychelles à l’égard de la COI, et du travail remarquable abattu dans ce sens par mon prédécesseur Jean-Paul Adam, que vous connaissez bien.

C’est dire tout l’honneur et la joie que j’éprouve à siéger à ce conseil pour œuvrer de concert avec vous afin de rendre notre Organisation encore plus forte et solidaire.

Puisque l’occasion s’y prête, permettez-moi avant tout  d’adresser mes sincères remerciements à Madame la Ministre Béatrice Atallah, et à travers elle, à  tout le gouvernement et le peuple malgaches :

-       d’abord pour l’accueil chaleureux réservé à ma  délégation ;

-       et ensuite, pour avoir  bien voulu donner toutes les facilités pour que ce Conseil se tienne dans les meilleures conditions. Une initiative qui ne surprend pas, pour qui connait la tradition,  je dirai même, la vocation hospitalière de Madagascar.

C’est le lieu pour moi d’adresser toutes mes félicitations  au Président de la République pour sa volonté inébranlable à poursuivre les reformes nécessaires dont tous nos pays ont besoin, et d’avoir inscrit résolument toute son action dans le sens du progrès et de la réconciliation nationale.

 

Mesdames, Messieurs,

L’année 2014 et celle en cours,  sont des années d’intenses activités.  Ce sont des années de multiples engagements diplomatiques de la part des pays de la COI, dans le cadre de nos plaidoyers pour obtenir un soutien renforcé de la communauté internationale à notre cause insulaire. Ces plaidoyers ont été nombreux et éloquents. Notre Secrétaire General a su, en la matière, imprimer une part importante au SAMOA PATHWAY adoptéà l’issue des négociations qui ont eu lieu à la Conférence des Petits Etats Insulaires en Développement, qui s’est tenue à APIA.

Nous avons quitté SAMOA plus déterminés et plus engagés que jamais. Nous sommes résolus à convaincre la communauté internationale sur notre cause et l’amener à faire des choix justes pour un nouveau Monde de partage.

Nos plaidoyers sont en cohérence avec notre vision et ambition pour assurer un meilleur avenir pour les populations de notre région, en termes de stabilité économique, de Sécurité, de développement durable et de prospérité partagée.

Dans ce contexte, la COI a inscrit son action dans la dynamique de la promotion de l’économie bleue, de la lutte contre le Changement Climatique, en faisant valoir la valeur des partenariats inter – insulaires et la nécessité de trouver des solutions innovantes pour permettre à notre région de mieux faire face aux défis économiques, sociaux et environnementaux.

 A cet égard, je tiens à remercier la COI pour son soutien à la proposition Seychelloise de l’échange de dette au Service de l’adaptation Climatique. Cette initiative a fait son chemin et elle a été récemment approuvée par le Club de Paris. C’est une décision historique. Aussi, je tiens à remercier la France pour le soutien sans précédent qu’elle nous a apporté pour la concrétisation de cette initiative. En effet, cet heureux aboutissement  nous permettra d’utiliser une partie de notre dette pour  financer une nouvelle Zone Marine protégée et, en même temps, bâtir la résilience Climatique. C’est une initiative qui peut désormais servir de modèle aux autres Etats insulaires. Mais nous devons noter qu’il ne s’agit là que d’une première étape. Car, nous devons aller encore plus loin. Il nous revient de promouvoir ce mécanisme innovant en matière d’échange de dette à toutes les grandes échéances qui vont se présenter au cours de cette année. Je pense notamment à la Conférence d’Addis Abeba sur le financement, aux négociations de l’agenda post 2015 de développement, et à la Conférence de décembre prochain, à Paris. Il en va de même pour la promotion de l’index de vulnérabilité insulaire de l’économie bleue, et de l’urgence de parvenir à un Accord ambitieux et contraignant sur le changement climatique. Tant il est vrai que l’heure est grave, et que l’adoption de mesures décisives ne peut plus attendre.

La COI s’est positionnée et s’est engagée comme partenaire clef dans la promotion de l’économie bleue. C’est à travers l’économie bleue, dans tous ses volets, que se construit et que se construira l’économie régionale de demain. C’est une nouvelle dimension qui répond à un besoin fondamental, à une volonté de développement de notre région, pour une croissance intelligente, durable et inclusive de l’économie et de l’emploi.

Dans ce contexte, la question de la connectivité dans toutes ses dimensions, qu’elle soit aérienne, maritime ou numérique, est un outil indispensable pour le développement de notre région. Les Seychelles restent fermement engagées dans la concrétisation de ces différents volets de connectivité.

 

Aussi est-il important que nous multiplions les efforts, aller encore plus loin et dans la même direction en mutualisant nos ressources et notre expertise. Jamais les conditions pour la mise en œuvre de tous ces secteurs n’ont été aussi favorables.

Sur le plan aérien, nous nous réjouissons de la création de « L’Alliance Vanille » des Compagnies aériennes de l’Océan Indien, qui mérite désormais toute notre attention.

Le fait que nos cadres et experts se soient rencontrés pour la mise en place d’une telle alliance et pour la réalisation d’un certain nombre d’objectifs communs, est un progrès significatif. Nous devons l’appuyer fermement. Car nous avons le devoir de réussir pour l’avenir des populations de notre région.

Ce constat s’applique également aux autres grands Chantiers, comme la Sécurité alimentaire, le Tourisme, la Sécurité Maritime, les Energies renouvelables, la Santé publique, les Projets environnementaux, la Culture, qui sont aussi au cœur du développement de notre région. Ces projets, qui s’ajoutent à ceux de la promotion des femmes et des jeunes, et qui se projettent dans l’avenir avec des résultats probants, sont des réponses concrètes aux préoccupations quotidiennes de nos populations. Ce sont des projets qui ouvrent les portes de l’avenir pour nos entrepreneurs, pour nos investisseurs, pour nos hommes d’affaires, qui libèrent les énergies de la région, qui créent de la croissance et la prospérité de demain.

Je remercie le Secrétaire Général, Monsieur Jean-Claude de l’Estrac, de conduire tous ces programmes avec constance et efficacité, ainsi que pour les résultats obtenus et les efforts continus pour moderniser et renforcer les capacités humaines et financières de notre Organisation.

Une COI modernisée et renforcée, est à même d’améliorer notre coopération pour le développement durable de la région et d’assurer son intégration dans l’économie mondiale.

C’est dire, Mesdames et Messieurs, que ce Conseil est pour nous plein de promesses, qui se projette toujours dans l’avenir et qui s’inscrit parfaitement dans une logique de résultats pour  le bénéfice de tous.

Ces résultats pour le développement durable de notre région, nous le devons en grande partie au soutien actif de nos partenaires auxquels nous exprimons ici notre profonde reconnaissance. Nous nous réjouissons, à cet égard, de la perspective du renforcement de ce partenariat avec l’Union Européenne dans le cadre du 11ème FED, et à qui nous rendons un hommage appuyé.

La COI, construite autour des valeurs de fraternité, de solidarité et d’amitié, s’imposera par sa capacité de penser et d’agir efficacement en vue d’apporter des réponses satisfaisantes aux aspirations des peuples de l’Océan Indien.

C’est fort de cette conviction, que je souhaite à tous une excellente et fructueuse réunion.

Je vous remercie de votre attention !

» All speeches