News: Speeches

Allocution de Monsieur Jean-Paul Adam, Ministre des Affaires Etrangères de la République des Seychelles à l’occasion de la Fête nationale française le 14 juillet 2014

17.07.2014

Excellence Madame l’Ambassadeur de France,

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Excellences Mesdames et Messieurs les membres du Corps diplomatique,

Distingués invités,

Mesdames et Messieurs,

Je suis heureux, à l’occasion de la Fête nationale de la République française, de m’adresser à vous, citoyens français travaillant aux Seychelles ou simplement de passage, à vous également, ressortissants français établis aux Seychelles, mais aussi, à vous tous qui êtes ici présents (en tant que conjoints, amis, partenaires ou collaborateurs), pour célébrer cet évènement en union avec le peuple français.

Madame l’Ambassadeur, Mesdames et Messieurs,

À travers la remarquable collaboration qui existe, et qui ne cesse de se renforcer entre elles, la France et les Seychelles jouent ensemble depuis des décennies, une magnifique partition en coopération ; non seulement comme partenaires internationaux, mais aussi, comme partenaires régionaux dans le cadre de la COI.

Cette coopération fraternelle, en quête constante d’amélioration et d’espace pour s’élargir, témoigne de la qualité des rapports qui ont cours entre nos deux Gouvernements et nos deux peuples dont le destin a été mêlé par l’histoire.

Au regard des actions entreprises dans le contexte du partenariat qui sous-tend leur coopération, il est tout à fait exact de dire que les relations entre les Seychelles et la France, sont excellentes.

Cette coopération ne s’est jamais altérée. On l’a plutôt vue se renforcer après la visite historique du Président François Mitterrand aux Seychelles au mois de juin 1990, puis, s’enrichir à travers la dynamique de la coopération régionale avec La Réunion.

Des axes de grande importance forment l’ossature de la collaboration entre nos deux pays. Parmi eux, la sécurité.Elle constitue dans ses multiples aspects, un élément indispensable pour garantir le cadre de notre développement. Aussi, avons-nous de bonnes raisons de nous féliciter de l’Accord sécuritaire signé entre les Seychelles et la France.

En ces temps où les crimes organisés et transfrontaliers sévissent à travers le monde, un tel accord, on le voit bien, tient une place très importante.

Nous nous réjouissons par ailleurs que la piraterie ait été efficacement combattue avec l’appui des Forces navales de l’Union Européenne dont, évidemment, la France.

Les Seychelles soulignent leur détermination à continuer à œuvrer pour assurer la sécurité maritime de notre zone, parce que notre sécurité est directement liée à la surveillance efficace, pas seulement de notre Zone Exclusive Economique, mais de tout cet espace partagé de l’indiaocéanie. C’est dans ce cadre que les Seychelles hébergent l’Unité anti-piraterie de la COI, et que nous visons à renforcer l’échange de renseignements dans notre zone à travers notre centre REFLECS 3, dans le contexte du programme régional MASE, financé par l’Union européenne.  Nous estimons que nous faisons cause commune avec la France quant à trouver les synergies dans ce sens, et réitérons notre volonté de renforcer le partenariat régional, aussi bien que bilatéral.

Je voudrais rappeler ici pour mémoire, qu’en 2009, lorsque les attaques des pirates Somaliens ont commencé à affecter les Seychelles, il y a eu, à l’appel du Président Michel, une réaction rapide et efficace de la France à travers l’assistance apportée aux garde-côtes seychellois par les Forces Armées françaises dans la Zone Sud de l’océan Indien (FAZSOI), et la mise à disposition d’un Conseiller technique français.

J’aimerais, à travers quelques chiffres, donner une idée des retombées de la coopération militaire entre les Seychelles et la France pour la période de 2011 à ce jour – celle qui correspond à l’intervalle de commandement du Général Jean François Hogard, Commandant supérieur des forces armées de la zone sud de l’Océan Indien qui vient de terminer son mandat et que nous avons eu le plaisir de recevoir récemment.

Nous dénombrons 3 exercices bilatéraux, 12 escales des bâtiments des FAZSOI, 34 escales de bâtiments français, 600  militaires seychellois formés.

Toujours dans le contexte de la sécurité, je soulignerai aussi, l’appui qu’apporte la France à la formation professionnelle des Forces de Police des Seychelles, à travers l’organisation de stages de formation à La Réunion et à Mahé. Le renforcement des capacités de notre police, concourt efficacement au maintien de l’ordre et de la paix dans notre pays.

Nous nous réjouissons aussi, que la France participe depuis plusieurs années maintenant à la célébration de la fête nationale seychelloise- un symbole marquant du partenariat durable que nous avons bâti ensemble.

Ainsi, Mesdames et Messieurs, les Seychelles et la France développent un partenariat dynamique qui se déploie sur divers aspects d’importance pour nos deux pays

Cependant, c’est la coopération décentralisée avec La Réunion qui occupe désormais une place de plus en plus significative dans les relations bilatérales entre nos deux pays.

Dans ce contexte, et dans une logique qui évolue vers le resserrement plus étroit de nos liens de coopération, nous continuons de construire sur les assises de l’Accord-cadre de coopération signé avec La Réunion en 2003, puis renouvelé successivement en 2006 et 2010. Nous espérons que lorsqu’il sera arrivé à terme en 2015, nous aurons la grande satisfaction de le voir renouvelé encore une fois.

En plusieurs domaines, l’instauration de l’Accord-cadre a permis la réalisation de projets tangibles, d’intérêt commun, dans les domaines de l’Éducation, de l’Environnement, du Tourisme, de la Culture, de la Santé. Il serait fastidieux d’en étaler ici tous les résultats que nous savons, tous très positifs. Je me limiterai néanmoins à dire quelques mots, entre autres, sur le tourisme et l’hôtellerie, secteurs d’importance capitale pour l’économie seychelloise.

Dans les domaines du tourisme et de l’hôtellerie, les Seychelles et La Réunion entretiennent de fructueuses relations de coopération, tant en ce qui concerne la formation, que les échanges de professeurs et d’étudiants.

Une telle collaboration, à travers les stages de formation de Seychellois à La Réunion et l’apport des compétences Réunionnaises aux Seychelles, participe à la formation d’une main d’œuvre locale compétente, pour une industrie de plus en plus compétitive.

Mais la collaboration au plan du tourisme a une autre source d’énergie : c’est la promotion conjointe de nos deux îles. En 2011, un accord a été signé dans ce sens, entre le Seychelles Tourisme Board (STB), et l’Ile de La Réunion Tourisme (IRT).

Dans le prolongement de cet accord, l’organisation des Îles Vanilles dont la raison d’être a été saluée par l’Organisation mondiale du Tourisme, peut se percevoir comme une réussite élargie de cette collaboration.

Nous saluons l’esprit d’initiative de tous ceux qui ont lancé ce projet majeur qu’a présidé pour la première fois notre Ministre du Tourisme et de la Culture, Monsieur Alain St-Ange, à qui succède, avec tout le talent et la détermination qu’on lui connaît, Monsieur Didier Robert.

Le paysage de la coopération dans le domaine du tourisme, intègre parfaitement la collaboration dans le domaine culturel avec La Réunion. En ceci, l’appui à la promotion des artistes et acteurs culturels, la sauvegarde et la valorisation du patrimoine national seychellois, de même que le jumelage des institutions culturelles et la participation Réunionnaise au carnaval international de Victoria, représentent autant d’actions qui ont resserré les liens entre les Seychelles et La Réunion / France.

Mesdames et Messieurs,

Si les Seychelles et la France collaborent si étroitement, c’est parce que nos deux pays ont en commun des intérêts multiformes ; mais pas seulement ; ils ont, et cela est très fort, comme un même sang mêlé qui circule dans les veines de leurs peuples. Ce sang, c’est leur culture engendrée par l’histoire : la culture créole.

Cependant, d’autres aspects également importants ont compté pour la consolidation des relations entre les Seychelles et la France : je veux parler de la coopération dans les domaines de la Santé, de l’Éducation, et de l’Environnement.

Entre les Seychelles et La Réunion, le secteur de l’éducation jouit d’un partenariat important, non seulement à travers l’appui à l’enseignement du français, mais aussi, à travers le renforcement des capacités des enseignants de français.

Je n’oublierai pas de souligner l’action effective de l’Alliance française des Seychelles qui œuvre remarquablement bien dans nos îles, pour un plus grand rayonnement de la langue française et de la culture qui en découle.

La coopération dans le contexte de la Francophonie est également appréciable. D’ailleurs, en amont de la Troisième conférence internationale sur les Petits Etats insulaires en Développement qui se tiendra au mois de septembre à Samoa, les Seychelles ont, de concert avec l’OIF, fait cause commune aux Nations Unies pour mettre en exergue l’impact du changement climatique, et les questions du développement durable sur les États insulaires en Développement.

Nous saluons le leadership de la France dans la perspective d’arriver à un accord durable sur le changement climatique à Paris en 2015.

En préparant la conférence de Samoa, nous demandons également l’appui de la France et de l’Union Européenne pour que soit mieux ciblées les vulnérabilités des Petits Etats Insulaires, afin de mettre en place un cadre de développement adapté à leurs besoins et qui reconnaisse leurs spécificités. Les innovations sur les questions de la dette des Petits États insulaires sont aussi particulièrement pressantes.

Nous travaillons aussi en coopération avec l’OIF pour développer un contexte plus favorable pour le tourisme insulaire- reconnaissant la fragilité de nos écosystèmes et la vulnérabilité de nos économies face aux vicissitudes de l’économie mondialisée.

Dans la perspective du développement des relations entre les Seychelles et la France, les possibilités à explorer et à exploiter sont nombreuses dans différents domaines.

Le secteur du commerce et des affaires par exemple, présente des potentiels qu’il serait avantageux de mettre en valeur dans le cadre des échanges commerciaux, d’autant plus que s’ouvrent de nouvelles perspectives commerciales entre nos deux pays, grâce au rétablissement des liaisons aériennes : Saint-Denis-Victoria, et Victoria-Paris.

Mais la connectivité dans notre sous-région reste un défi majeur, et nous nous engageons à continuer de travailler avec la France, les autorités réunionnaises et aussi, dans le cadre de la COI, à pouvoir améliorer les conditions de la desserte aérienne et maritime dans notre sous-région.

En matière d’énergies renouvelables, l’expérience et les acquis de La Réunion seront de grande utilité pour les Seychelles ; aussi, en vue de consolider les bases du développement durable dans notre pays, nous saurons compter sur une continuelle disponibilité au partenariat de La Réunion.

Mesdames et Messieurs,

En plus de partager une zone commune dans l’océan Indien, nous formons aussi une communauté de personnes. Nous sommes une famille, et comme chaque famille, nous portons le souci de nos jeunesses ; de leur devenir dans un monde en proie à tant de fléaux et d’incertitudes.

Nous sommes appelés à collaborer ici également, en vue de répondre aux questions brûlantes que soulèvent les problèmes d’usage, d’abus et de trafic de produits narcotiques, mais aussi, d’abus d’alcool, car la solidité et la fiabilité de nos cellules familiales dans le futur, seront déterminées par la qualité du legs dont auront hérité les générations montantes.

A cet égard, la création d’un réseau régional de jeunes entrepreneurs dans l’océan Indien est méritoire à plus d’un titre, puisque cela contribuera à libérer les initiatives, aussi bien que les énergies concentrées dans la jeunesse de l’océan Indien.

Quand aux Seychelles et La Réunion, une collaboration étroite mettant en synergie les initiatives de nos jeunes, serait un atout de poids pour la dynamisation du développement durable en nos deux îles.

Cela a été dit et répété, mais la répétition d’une vérité n’en réduit pas la pertinence. Je redirai alors que les rapports de coopération entre Les Seychelles et la France sont excellents. C’est en somme ce que je me suis évertué à décliner tout au long de cette allocution.

Madame l’Ambassadeur,

Au nom du Gouvernement et du peuple Seychellois, au nom de l’amitié et de la fraternité tissée entre les Seychelles et la France, j’exprime au Président de la République française, S.E.M. François Hollande, ainsi qu’au peuple français, mes vœux les meilleurs de bonheur, de prospérité et de paix.

Pour terminer, je vous invite, Mesdames et Messieurs à lever vos verres au succès du peuple français et à l’amitié entre les Seychelles et la France.

 

Je vous remercie !

 

 

» All speeches