News: Speeches

DISCOURS DE MONSIEUR JEAN PAUL ADAM MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES A L’OCCASION DE L’OUEVRTURE DE L’ATELIER DE TRAVAIL SUR LE LANCEMENT D’UN RESEAU DE JEUNES ENTREPRENEURS DE L’OCEAN INDIEN PREVU DU 2 AU 4 AVRIL A L’HOTEL COCO D’OR, BEAU VALLON – SEYCH

02.04.2013

Monsieur le Secrétaire général de la COI

Distingués Invités

Mesdames et Messieurs

 

Permettez-moi, avant tout, de vous  souhaiter la bienvenue et un agréable séjour parmi nous, en terre indianoceanique des Seychelles.

 

C’est un réel motif de joie pour moi, que trois mois à peine après le 28èmeConseil ministériel et la présidence seychelloise au cours desquelles la jeunesse a été au cœur de nos préoccupations, que la COI s’attelle à la création d’un réseau de jeunes entrepreneurs. Sans compter que cela intervient peu de temps après seulement que la COI ait mis nos femmes à l’honneur, à travers l’EFOI.

 

Je ne peux aussi cacher ma fierté, que ce réseau prenne son envol aux Seychelles qui sont aujourd’hui, si je ne m’abuse,  à l’avant-garde des pays ayant confié les rênes du pays à sa jeunesse afin de jouer un rôle prépondérant dans la société sur tous les fronts et à tous les niveaux.

 

Aujourd’hui, la situation sociale et économique difficile de notre monde globalisé justifie amplement que l’on prête une attention spéciale à la jeunesse. C’est non seulement une nécessité morale mais un impératif de notre développement. Mieux, c’est une chance. Car l’énergie propre à la jeunesse peut rallumer une économie qui vacille et redonner de l’espoir. C’est d’ailleurs convaincues de cette réalité, qu’en janvier dernier,  les Seychelles avaient invité, par la voix de son président, la COI à « intensifier les efforts afin que la jeunesse de nos iles vive ardemment notre expérience indianoceanique, à travers non seulement de nouveaux projets, mais aussi par le biais de l’espace que nous devons créer pour les échanges d’idées et d’expériences.»

 

« Connecter la jeunesse de nos iles, c’est aussi connecter l’avenir commun de nos iles », avait dit le Président James Michel, dans son discours d’ouverture du Conseil des Ministres de la COI.

 

C’est dire que l’initiative de cet atelier de la COI honore les Seychelles qui s’emploieront, avec la collaboration des autres Etats membres, à en faire une réussite. Car nous sommes convaincus que si un jeune doit se battre pour mériter la chance qu’on lui donne,  il ne doit pas se battre pour avoir une chance.

C’est du reste pour cette raison que le Président Michel avait souligné dans son discours sur l’Etat de la nation en février dernier, qu’il était impératif de créer des opportunités pour nos jeunes à travers la coopération régionale : « L’avenir des Seychelles ne repose pas seulement sur les opportunités que nous sommes à même de créer sur notre territoire.  Il dépend également de celles dont est grosse l’économie régionale et mondiale », avait-il dit.

C’est dire que cet atelier représente un jalon important pour la consolidation de cette vision d’un réseau de jeunes entrepreneurs de la COI visant la création d’un nouvel espace d’opportunités et croissance.

Aujourd’hui, il  est peu d’entreprises plus importantes que la valorisation des aptitudes des jeunes à l’entreprenariat, car en eux nous pouvons voir non seulement la prochaine génération de dirigeants mais aussi des acteurs essentiels du présent. De  par son importance et sa thématique donc , cet atelier de la COI nous donne encore une fois la preuve que l’entreprenariat jeune est une réalité économique qu’il importe de prendre en considération dans le processus de construction économique, en faisant en sorte que les jeunes puissent assumer d’autres rôles dans la vie nationale et régionale, empreints d’efficacité et de créativité.

Dans ce contexte, les Seychelles ont réuni des moyens et pris des dispositions dans le but d’accélérer le processus de promotion de la jeunesse afin de lui permettre d’occuper la place qui lui sied, tant sur le plan économique que socio-culturel. Les programmes et mécanismes mis en place par le Gouvernement pour faciliter l’accession des jeunes à l’entreprenariat et à les encourager au travail, à la production et à l’investissement dans tous les secteurs, ont permis la création de plusieurs dizaines de micro-entreprises, grâce à l’appui du Small Business Finance Agency (le Fonds de l’Agence de financement des Petites Entreprises), en français.

Bien plus, le Gouvernement a récemment doublé le budget de cette Agence, qui est passé à 40 millions de roupies. Parallèlement les banques ont été encouragées à faciliter l’accès au crédit, et le montant du crédit que l’Agence peut désormais accorder à  un jeune entrepreneur a doublé, passant de 150 mille  à 300 mille roupies seychelloises.

Aujourd’hui, les résultats sont plus que remarquables sur le terrain au regard du nombre de jeunes seychellois entrepreneurs, dans tous les domaines productifs et avec une compétence avérée. En effet 684, soit 37% des petites et moyennes entreprises qui sont enregistrées à SENPA – Small Enterprise Promotion Agency – sont tenues par des jeunes. C’est cette présence importante qui autorise le Conseil National de la Jeunesse à organiser, tous les ans,  une Foire pour les jeunes entrepreneurs. Cette année, le Conseil National de la Jeunesse a prévu une Foire plus importante qu’il a appelée le Youth Buzz. Son but sera d’assurer la promotion des jeunes entrepreneurs, et elle aura pendant le Festival de la jeunesse qui est prévu du 30 Aout au 1er Septembre 2013.

C’est à mon avis là un message fort aux autres pays membres, quant aux perspectives prometteuses qui se dessinent pour l’avenir de nos jeunes entrepreneurs, si l’accès au crédit leur est facilité, et si nous réussissons à les mettre en réseau.

Aujourd’hui, la conjoncture nous est favorable grâce aux nouvelles technologies qui facilitent la communication et l’accès à l’information, grâce à l’enseignement et à la formation qui ont ouvert de nouvelles perspectives, mais aussi grâce à la volonté politique qui a pris en compte l’importance primordiale de la jeunesse. Œuvrons donc à la diffusion de l’esprit d’entreprenariat jeune au sein de nos sociétés pour transformer les opportunités offertes en production de biens et de services. Faisons-en une stratégie et une vision prospective pour nos sociétés.

Une stratégie et une vision complémentaire vers lesquelles doivent converger vos travaux en cette conjoncture où notre région connaît de profondes mutations tendant à relever le défi économique et à lutter contre le chômage qui touche en premier lieu les jeunes.

Si les peuples et les nations progressent, c’est par le savoir, les sciences, le travail et la production de leurs forces vives, et surtout de leurs jeunes. Il en va de même pour nous: si nous voulons progresser, nous n’avons d’autres choix que de le faire dans le cadre de ces exigences.

Je vous souhaite plein succès dans vos travaux qui seront, je n’en doute pas, couronnés par des réflexions et des décisions pratiques qui contribueront de manière effective à conforter la place de l’entreprenariat jeune dans l’Océan Indien.

Je vous remercie de votre attention.

 

» All speeches