News: News

VP Meriton souligne l’importance particulière de la migration pour les petits Etats insulaires de la COI

VP Meriton souligne l’importance particulière de la migration pour les petits Etats insulaires de la COI

26.08.2019

Le Vice-Président Vincent Meriton a souligné l’importance particulière de la politique migratoire pour les Etats de la Commission de l’Océan Indien (COI au cours de la première Réunion consultative sur l'établissement d'un dialogue régional sur les migrations (DiMOI) ouverte ce lundi à Eden Blue, à Mahé.

Rappelant la petitesse des Seychelles dotées cependant d’une immense zone économique exclusive, M. Meriton s’est beaucoup appesanti sur le cas particulier de ce pays pour illustrer la sensibilité de la question pour les Etats de la COI.

« Comme vous le savez, les Seychelles accueillent aujourd’hui environ 21 000 travailleurs étrangers. Ils sont employés en majorité dans les secteurs de la construction, du tourisme et de la pêche. A ce jour, nous sommes parmi les pays, si ce n’est le seul au monde, où l’exemption de visa est ouverte à tous. C’est dire, que la migration et la liberté de circulation des personnes sont au cœur de l’économie et de la vie seychelloise », a-t-il dit.

« En tant que petit État insulaire en développement, situé à quelques kilomètres de la côte somalienne et au milieu de l'océan Indien, les Seychelles ne sont pas à l’abri des menaces maritimes telles que les actes de piraterie, le trafic de drogue, les crimes transnationaux, la pêche illicite, non déclarée et non réglementée, l’immigration clandestine et la traite des êtres humains. Afin de lutter efficacement contre ces graves menaces, il est essentiel que nous utilisions pleinement les plates-formes comme celle-ci, afin de favoriser le dialogue et la coopération entre nos États afin de consolider des actions correctives concrètes », a-t-il aussi souligné.

Le Vice-Président Meriton, qui est aussi le président en exercice du Conseil des ministres de la COI, a rappelé que les États membres de la COI partagent des réalités migratoires communes qui sont souvent discutées sous l'angle de la sécurité maritime ou du changement climatique. Il existe un large éventail de réalités et de priorités en matière de migration qui affectent et sont partagées par ces pays qui sont historiquement ou géographiquement connectés les uns aux autres.

C’est dire qu’améliorer la gestion des flux migratoires grâce à la cohérence des politiques, le renforcement des capacités et la gestion de l’information, revêt-il une importance stratégique pour ces pays qui sont les Comores, la France/Réunion), Madagascar, Maurice et les Seychelles.

Programmée, du 26 au 28 aout, cette rencontre régionale doit donc discuter de la raison d'être et de la pertinence d'un Processus Consultatif Régional (PCR) et des prochaines étapes en vue du dialogue sur la migration pour les pays de la COI.

M. Meriton a remercié le directeur Régional de l’Organisation Internationale pour les Migrations pour l’Afrique australe, M. Charles Kwenin, pour avoir confié l’organisation de la rencontre aux Seychelles. Une rencontre qui, a-t-il rappelé, est en ligne avec la décision du 33e Conseil des ministres de la COI de septembre dernier, qui a invité le Secrétariat général de la COI à poursuivre la réflexion et à proposer des solutions pour répondre aux préoccupations des États membres, en ce qui concerne la facilitation des mouvements de populations et la connectivité maritime.

Avant de lancer officiellement les travaux, il a saisi l’occasion pour dénoncer la libération précoce par le Somaliland des 19 Somaliens convaincus de piraterie et condamnés par la Cour de justice.

» All news